Mission

Après plusieurs années d’investigations pour améliorer l’efficacité des vecteurs viraux et des cellules thérapeutiques, l’AGT est aujourd’hui au cœur de la recherche translationnelle dans les biothérapies au service des maladies rares d’origine génétique.
C’est grâce à la présence sur un même site d’équipes de recherche étroitement associées à différentes plates formes technologiques que ces projets thérapeutiques peuvent se dérouler de façon efficace.

 

Programmes scientifiques et projets thérapeutiques.

Les composantes de l’AGT ont acquis depuis 15 ans une expertise translationnelle unique en France. Nous nous focalisons pour l’essentiel sur des programmes translationnels dans les domaines neuromusculaire (en particulier le muscle squelettique), du système nerveux central et de la rétine, en utilisant des vecteurs dérivés de l’AAV, des cellules primaires ou encore des cellules primaires génétiquement modifiées.

L’autorisation donnée par Afssaps de démarrer l’essai de thérapie génique dans une pathologie de la rétine, l’amaurose de Leber, illustre de façon exemplaire le potentiel de mobilisation et la complémentarité de la chaine de valeur offerte par ‘AGT. Le groupe a su délivrer une preuve de concept solide basée sur une évaluation approfondie dans des modèles de grands animaux présents sur place et qui ont bénéficié d’une analyse anatomo-pathologique également disponible sur place. L’AGT a ensuite développé en interne un process complet de production et de purification du vecteur thérapeutique répondant ainsi aux exigences de la réglementation en vigueur et a mis au point les tests de contrôle qualité adaptés aux caractéristiques du produit. Le groupe s’est aussi chargé du transfert de l’ensemble du procédé de production et de purification et des tests de contrôle qualité vers la plate-forme de production clinique Atlantic Bio GMP (ABG), située à Saint-Herblain, où a eu lieu la production du lot clinique du vecteur.  Enfin, l’AGT a fourni, avec l’aide du département d’Ophtalmologie du CHU, la description de l’essai clinique de Phase I/II. Aujourd’hui, nous travaillons toujours en étroite collaboration avec ABG pour le développement de procédés adaptés aux différents projets thérapeutiques d’AGT.

 

 

Les programmes scientifiques de l’AGT:

  • L’amélioration constante des process de production et de purification des vecteurs dérivés de l’AAV ainsi que la mise au point adaptée au produit thérapeutique des tests réglementaires de contrôle qualité. Programme se déroulant en lien étroit avec Généthon,
  • L’amélioration des procédures d’extraction, de sélection et d’amplification de cellules souches musculaires destinées au traitement des maladies génétiques musculaires,
  • L’optimisation des voies d’administration et l’évaluation du comportement in vivo des agents thérapeutiques (cellule et/ou vecteur),
  • La compréhension des mécanismes moléculaires qui soutiennent la persistance in situ du génome de l’AAV,
  • Le contrôle de la réponse immunitaire de l’hôte vis à vis de l’agent thérapeutique (cellule, vecteur et/ou transgène).

Ces cinq programmes qualifiés de « génériques » sont au service de projets thérapeutiques à la fois internes mais aussi externes en collaboration en particulier avec l’Institut de Myologie à la Pitié Salpêtrière et le Généthon à Evry.

 

Les projets thérapeutiques de l’AGT:

  • Thérapie cellulaire de la maladie de Duchenne: Ce groupe a isolé des cellules du muscle squelettique aux caractéristiques de cellules souches musculaires qui, extraites, peuvent être amplifiées et injectées par voie systémique chez le chien GRMD en apportant un effet thérapeutique impressionnant et persistant sans effet secondaire observé jusqu’à maintenant (≥ 3 ans).
  • Thérapie génique de la maladie de Duchenne: l’AGT est fortement impliqué dans un réseau ‘AFM’ pour la mise en place d’un essai clinique de thérapie génique en 2014 chez des patients non ambulants atteints de la maladie de Duchenne. L’AGT est en charge de la partie in vivo pour l’administration du vecteur AAV et l’euthanasie, de l’étude de biodistribution, de l’analyse de l’expression de la dystrophine et enfin de l’analyse anatomo pathologique des muscles transduits in situ et à distance.
  • Thérapie génique du système nerveux central: La finalité de cet axe est le développement d’une stratégie de transfert de gène intrathécal permettant de cibler le système nerveux central (SNC) à l’aide de vecteurs AAV. L ‘ensemble des résultats obtenus vise à mettre en place des essais cliniques de thérapie génique des maladies du motoneurone, ainsi que d’autres maladies neurodégénératives comme l’ataxie de Friedreich et la maladie de Pompe. Ils permettront aussi d’alimenter la réflexion au sein de l’institut des Biothérapies pour les maladies rares sur les stratégies à promouvoir dans SMA.

 

L’AGT déroule ses programmes scientifiques et projets thérapeutiques en collaboration avec:

Richard Snyder de l’Université de Floride, USA (statut moléculaire in situ du génome de l’AAV) Christian Hamel de l’Université de Montpellier (projets thérapeutiques des dystrophies rétiniennes) Thomas Voit de l’Institut de Myologie à la Pitié Salpétrière et Fulvio Mavilio à GENETHON (process de production et purification ainsi que les tests CQ des vecteurs AAV ; programmes pharmacodynamique/phamacocinétique de l’AAV et du transgène; optimisation du mode d’administration des cellules et vecteurs; Projets thérapeutiques Duchenne)

Yan Pereon du service d’exploration fonctionnelle du CHU de Nantes, Responsable du Centre de référence des Maladies rares NeuroMusculaires de Nantes/Angers (projet thérapie cellulaire Duchenne)

Patrick Aubourg du CHU Bicètre (voies d’administration dans le système nerveux central)

Ignacio Anegon de l’Université de Nantes (Immunologie du transfert de gène médié par l’AAV chez le macaque)